La route du changement

Il est rare qu'une autoroute puisse être qualifiée de bénéfique. Mais comme beaucoup de choses réalisées sous l'égide du fondateur et ancien PDG d'Interface Ray Anderson, un tronçon d'autoroute en Géorgie fournit la preuve que des réalisations positives pour l'environnement sont possibles pratiquement partout.

L'I-85 est l'une des principales autoroutes du sud-est des États-Unis. La section de 25 km qui traverse la ville où est née Interface, LaGrange (Géorgie), a été rebaptisée en l'honneur d'Anderson en 2014. La Ray C. Anderson Foundation a vite décidé qu'il y avait mieux à faire que de décorer l'autoroute The Ray avec des fleurs sauvages. Après tout, l'homme auquel elle rend hommage était connu pour son engagement passionné en faveur du développement durable.

« Nous nous demandons comment mieux concevoir les autoroutes, explique Allie Kelly, directrice exécutive de The Ray, non seulement pour moins dégrader l'environnement mais aussi pour l'améliorer, tout comme la sécurité, la beauté, la logistique et l'efficacité. »

C'est à ce titre que la fondation envisage de transformer les inconvénients des autoroutes en avantages. Elle a commencé une étude en collaboration avec le Georgia Conservancy and Georgia Institute of Technology en vue de créer une autoroute zéro carbone, zéro victime de la route, zéro déchet et zéro impact.

Sans surprise, les recherches ont révélé à quel point les autoroutes sont destructrices, et The Ray n'échappe pas à la règle. Sur son parcours, les véhicules émettent 318 tonnes de CO2 par an, et la qualité de l'eau dans les environs est loin d'être satisfaisante. Ajoutez à cela 70 dB de pollution sonore et 130 accidents impliquant des cerfs, biches et chevreuils chaque année.

Ces statistiques peu glorieuses servent de base pour mesurer les progrès et ont permis d'établir une wish list de projets et de nouvelles technologies, incluant :

  • panneaux solaires intégrés aux autoroutes
  • asphalte générant de l'électricité lorsque les voitures roulent
  • murs végétaux filtrant l'air pour réduire les émissions sur l'autoroute

Des améliorations ont déjà été apportées ou sont en cours. En octobre 2015, la première station pour véhicules électriques à énergie solaire de Géorgie a ouvert au Centre d'information touristique près de la frontière de l'Alabama. Le service est gratuit et permet un rechargement de batterie de 80 % en moins de 45 minutes. Kia Motors Manufacturing a contribué au projet, qui devrait inciter d'autres grandes entreprises de la région à aider à financer davantage d'innovations.

La Fondation et le service des transports de Géorgie construisent à présent des rigoles de drainage biologique (petits bassins qui recueillent l'eau de pluie) avec des espèces végétales locales pour limiter la pollution et les inondations. Et d'ici 2020, The Ray devrait avoir permis les avancées suivantes : préservation de la vie sauvage, effets sur le climat, utilisation de matériaux de construction renouvelables, éclairage et signalisation plus esthétiques et plus efficaces, consommation d'essence plus économe et sécurité renforcée.

En bref, ce petit tronçon d'autoroute est devenu un laboratoire vivant qui montre ce qu'il est possible de réaliser au niveau mondial dans les écosystèmes routiers, les endroits à priori les moins favorables au développement durable.

Rejoignez-nous sur theray.org.

Articles associés