Inspiré par l'art du fait main

Les textiles tissés à la main ont inspiré l'une de nos dernières collections de dalles de moquette, World Woven®. Parmi ces inspirations : les tissages saori. Le directeur design Asie d'Interface, Daniel Blois, se rend au Japon pour se familiariser avec le tissage saori et redéfinit à l'occasion de ce voyage son approche de la créativité.

Même quand les artisans utilisent un patron, les textiles filés ou tissés à la main ne sont jamais pareils – les petites variations les rendent uniques.  Le tissage saori, créé par Misao Jo en 1968, célèbre l'idée de la beauté née du hasard. Contrairement à d'autres techniques de tissage à la main, le saori est complètement libre, sans règles, sans restrictions ni modèles à suivre, et un écart par rapport à la norme n'est jamais considéré comme une erreur.

Pour se faire une idée de cette philosophie, M. Blois et deux collègues d'Interface se sont rendus dans un endroit retiré et verdoyant près d'Osaka au Japon, où se trouve l'atelier de tissage Saorinomori, le berceau du Saori. M. Blois a assisté à un cours intensif d'une journée consacré aux processus et aux techniques du saori. Non sans surprise : « Au fond, il s'agissait d'expliquer brièvement comment utiliser le métier à tisser. On vous met devant ce grand mur de fil, et en l'espace de 10 secondes, vous devez sélectionner trois fils et vous installer à la machine sans hésitation. »

Dans une société qui vise la perfection, sauter volontairement un fil et tisser ensemble différents fils dépareillés demande un vrai effort. Cependant, ce désir de perfection peut être contrebalancé par le concept japonais du wabi-sabi : l'acceptation des défauts, de l'éphémère et de la fragilité des choses. Les deux sont conciliables et considérés comme des aspects nobles de la recherche artistique. En tissant, M. Blois a compris que « c'est en fait un mini-voyage de découverte, il s'agissait d'oublier ce que je savais et mon approche conventionnelle du design, avec ma formation d'architecte d'intérieur. J'ai eu du mal à me laisser aller, mais j'ai finalement accepté de laisser les choses se faire. »

On assiste actuellement à un retour de la nostalgie, des choses naturelles ou faites main – serait-ce notre subconscient qui se rebelle contre les objectifs inaccessibles que sont l'uniformité et la perfection ? L'un des quatre principes du Saori est de « tenir compte des différences entre les machines et les personnes », la fabrication à la machine impliquant une recherche de perfection.

Pour M. Blois, c'est une incitation à la liberté dans la créativité : « On est souvent confronté à l'irrégularité des tapis tissés à la main. Dans de nombreux cas, les petites imperfections ajoutent de la valeur parce que c'est un tissu qui est unique et différent. Pourtant, quand on commence à créer des choses à la machine, on doit pouvoir les reproduire, et on ne peut pas s'en remettre totalement au hasard, sinon on ne peut pas les utiliser ou les vendre. Cela peut aboutir à un gaspillage, le produit "imparfait" étant éliminé, ce qui est un dilemme pour nous puisque nous sommes liés par notre engagement écologique. »

Cette expérience de première main du saori a été une révélation pour M. Blois, puisqu'il veut aujourd'hui fabriquer des machines que l'on puisse programmer pour réaliser un tissage aléatoire, en intégrant la liberté et le hasard dans le processus mécanique. En attendant que cela devienne possible, les motifs de la dernière collection d'Interface World Woven s'inspirent de ces variations pour donner un rendu fait main à la moquette modulaire.

Pendant son séjour, M. Blois a eu le privilège de passer du temps avec le fils de Misao, Kenzo Jo, qui a conçu le métier à tisser saori et partage ce goût pour un art en lien avec la nature. M. Jo lui a expliqué que « les conventions japonaises sont toujours liées à la nature, aux sons, à la lune et au vent. Ainsi pour nous exprimer, nous nous référons à la nature, et c'est très naturel pour nous Japonais. »

Cela nous ramène aux produits biophiliques d'Interface. Comme le dit M. Blois, « tout le monde ne veut pas des feuilles, des fleurs et des troncs d'arbres dans son bureau, mais il y a différents degrés de design biophilique, il peut s'agir de créer une jungle ou d'en saisir subtilement l'essence comme dans la collection World Woven. Je crois que la culture japonaise a toujours mis le doigt là-dessus. On l'observe dans leur manière de percevoir et de représenter la nature, littéralement et sur le plan symbolique. Un simple brin peut représenter une forêt par exemple. Ils arrivent à un tel raffinement dans la simplicité. C'est comme le haïku, où il n'y a rien de superflu dans les mots ou les vers, on peut arriver à ce résultat avec le design. »

...une fois que j'ai respecté le processus – à savoir que l'erreur ne fait pas partie du vocabulaire, mais de la beauté – alors tout a coulé de source et la journée est passée sans que je m'en aperçoive. Je ne suis pas une personne très tournée vers la spiritualité, mais si j'ai jamais approché quelque chose qui ressemble à une révélation intérieure, c'est bien ça. »

L'esprit d'innovation du saori pourrait, selon lui, être transposé par Interface et ses clients dans le domaine du design dans la possibilité de donner plus de liberté dans le tissage. Cette capacité à créer des compositions infinies est une caractéristique essentielle de la collection World Woven. « La composante de base de chaque produit d'Interface est la dalle, tandis que pour le tissage saori, c'est chaque fil. C'est peut-être une autre opportunité de revisiter nos produits en adoptant une perspective conceptuelle différente. En « tissant » des combinaisons de nos motifs, textures et couleurs de moquette modulaire sur le sol, nous avons plus de liberté pour créer quelque chose de vraiment unique et d'aléatoire dans l'espace intérieur, ce qui fait écho à l'esprit du saori. »

M. Blois veut initier l'équipe d'Interface à ce niveau d'expression et de découverte de soi : « On dit que dans le saori, on ne tisse pas seulement un tissu. On tisse son vrai soi. » Les 30 premiers centimètres du foulard que j'ai tissé m'ont pris pas mal d'heures et c'était un peu stressant, mais une fois que j'ai respecté le processus – à savoir que l'erreur ne fait pas partie du vocabulaire, mais de la beauté – alors tout a coulé de source et la journée est passée sans que je m'en aperçoive. Je ne suis pas une personne très tournée vers la spiritualité, mais si j'ai jamais approché quelque chose qui ressemble à une révélation intérieure, c'est bien ça. »

Articles associés