Bureo – Un skateboard durable

La fantaisie du skateboard Bureo Minnow, avec ses écailles en relief sur le dessus et sa queue de poisson, ne laisse pas présager de la sérieuse mission qu’il remplit. Au coeur de chaque Minnow, il y a 2,8 m2 de filets de pêche recyclés qui sinon auraient pu rejoindre les tonnes de plastique qui polluent nos océans.

À l’origine, les fondateurs de Bureo, Kevin Ahearn, Ben Kneppers et David Stover, n’avaient pas le projet de créer une entreprise de skateboards qui soient, par surcroît, durables. Ils avaient pris les choses à l’envers : leur première intention était de mettre en place une entreprise durable. Le choix de fabriquer des skateboards est venu plus tard.

« Pour concevoir un modèle d’entreprise durable, explique Stover, nous savions que nous devions fabriquer un produit à partir de matériaux collectés et nous savions que nous pourrions en trouver en abondance dans l’océan. »

5 à 13 millions de tonnes de plastique se retrouvent dans nos océans chaque année, et on estime que 10 % représentent des équipements de pêche abandonnés. Kneppers connaissait la situation au Chili et savait que le pays avait non seulement un excès de filets abandonnés mais qu’il lui manquait en outre une solution de recyclage.

Après avoir établi des moyens de transformer les filets en matériaux appropriés pour la création de skateboard aux États-Unis, ils ont installé le processus de fabrication de bout en bout – du recyclage et de la réorientation à la production du skateboard – au Chili. Les résultats ont été immédiats : en 2013, Bureo a collecté 2 à 3 tonnes de filets de pêche. In 2014, ils ont atteint 7 tonnes – et l’entreprise prévoit la multiplication de ce chiffre en 2015.

« Cette partie de notre travail n’est pas innovatrice – le recyclage existe depuis des décennies, déclare Ben. Mais nous pouvons aller plus loin et créer un impact positif net dans nos communautés. »

Dans le cas de Bureo, cela s’est traduit par un partenariat avec les pécheurs chiliens et les communautés de pêche. Les pêcheurs artisanaux sont payés un salaire horaire pour le temps passé à collecter les filets et un prix au poids pour les filets rapportés en vue du recyclage. Des structures de pêche plus importantes reversent l’argent que leur donne Bureo pour leurs filets à des fondations qui servent les communautés de pêcheurs locales.

Quand il s’adresse à de futurs entrepreneurs et à d’autres entreprises, Kneppers leur explique que le message de Bureo est simple : « Nous savons que nous ne pouvons pas résoudre ces problèmes tout seuls. Vous donnez le meilleur de vous-même lorsque vous travaillez à améliorer quelque chose qui vous passionne. Pour nous, c’était notre connexion personnelle avec l’océan. En travaillant ensemble, par le biais de ces passions, nous pouvons vraiment trouver des réponses à ces questions mondiales. Notre objectif est de catalyser ce changement. »

Articles associés