Après Paris

En décembre dernier, les délégués qui ont participé à la COP21 à Paris ont conclu un accord qui marque un tournant dans la réduction des émissions carbone : après une série de réunions longues et intenses, 196 pays ont accepté à l'unanimité que le réchauffement global était une menace pour l'humanité et qu'il fallait le limiter à 1,5°C en réduisant les émissions.


Il reste du chemin à parcourir

Mais si l'accord de Paris a été un moment capital concernant la lutte contre le changement climatique et s'il représente un pas en avant positif, il faut mentionner une lacune importante : aucun pays n'est arrivé ni reparti avec un plan d'action. Les pays ont proposé des objectifs de réduction, appelés « contributions nationales » ou INDC (« Intended Nationally Determined Contributions »). Mais des promesses ne constituent pas un plan.

Il ne s'agit pas de déprécier l'accord de Paris ; s'il est respecté, il permettra de réduire davantage les émissions que tous les accords précédents sur le climat. Cependant, on peut comparer les réductions au freinage d'un véhicule devenu incontrôlable − il y aura au final un accident, seulement à une vitesse réduite. Le monde doit complètement arrêter cette voiture. Le monde a besoin de davantage que des limitations. Nous devrons non seulement stopper les émissions mais prendre des mesures pour dépolluer l'atmosphère. Nous devons fixer un nouvel objectif de « retrait actif » du carbone.


Montrer l'exemple

Plusieurs d'entre nous chez Interface étions à Paris, pour raconter l'histoire de notre entreprise et encourager l'adoption de l'accord final. Pour Interface, l'accord de Paris est une confirmation de notre Mission Zero® et de nos efforts pour réduire les émissions carbone dans notre secteur. Nous sommes parvenus à des réductions incroyables en 22 ans, tout en appelant à faire plus et en continuant à montrer la voie pour les entreprises et les autres.

À ce jour, nos réussites incluent :

  • Réduction de nos émissions de gaz à effet de serre mondiales de 92 % depuis 1996
  • Utilisation de 84 % d'énergies renouvelables au niveau mondial
  • Réduction de l'empreinte carbone de nos produits de 50 % depuis 1997, avec l'objectif d'une réduction de l'empreinte carbone de 80 % d'ici 2020

Les entreprises doivent donner l'exemple, et nos efforts montrent qu'il est possible de réussir tout en réduisant drastiquement ses émissions carbone.

Prochaine étape : du négatif au positif

Nous sommes fiers de nos réalisations à ce jour, et il est temps de passer aux prochaines étapes cette année : nous allons passer de « ne pas faire de mal » à « faire du bien ».

À mesure que nous approchons de notre cap de 2020 et de la fin de Mission Zero, nous restons engagés à atteindre cet objectif de l'empreinte zéro, mais nous voyons plus loin et nos ambitions augmentent. Nous avons réalisé qu'une empreinte zéro − ne pas faire de mal − ne suffit plus. Dans le contexte du carbone, cela veut dire non seulement réduire les émissions de CO2, mais travailler activement à dépolluer l'atmosphère via nos activités et nos produits. Nous devons « retirer le carbone » de l'atmosphère.


Appel à l'action

Pour que la vie biologique telle que nous la connaissons reste possible sur la planète, nous allons devoir aller plus loin que la COP21 et dépolluer l'environnement. Interface peut contribuer de manière significative à faire évoluer le dialogue − et l'action − autour du carbone. Étant donné notre rôle de pionnier et nos réussites à ce jour, cette évolution de la perception mondiale nous met dans l'obligation de promouvoir plus largement et audacieusement nos objectifs 2020 − et d'aller plus loin.

Rappelons les défis auxquels nous sommes confrontés en tant qu'habitants de cette planète. Les mers sont en train de mourir. Les sécheresses et les inondations sont de plus en plus fréquentes. Le nombre des réfugiés climatiques augmente de manière préoccupante. Le niveau des océans monte. Ces événements et d'autres vont empirer à moins que nous ne nous engagions pleinement dans la lutte contre le changement climatique. Interface participe aujourd'hui à des actions qui vont renverser cette spirale descendante (l'augmentation des gaz à effet de serre dans l'atmosphère) dans nos usines, nos produits et nos processus. Cet engagement est une première dans le monde de l'entreprise.

Comme avec Mission Zero, nous fixons des objectifs audacieux parce que c'est la seule solution. S’il n’y a jamais eu un moment dans l'histoire qui a exigé que nous donnions notre maximum, c'est bien aujourd'hui.

Nous ne pouvons pas relever notre prochain défi seuls ; cela va demander une réflexion innovante et la collaboration d'un grand nombre d'entre nous, mais nous sommes optimistes quant à la possibilité de changer vraiment la donne si nous unissons nos forces.