Les matériaux dans le design

Entrevue avec Kari Pei, designer de produits

L’illustre Louis Kahn disait à ses étudiants d’interroger leurs matériaux pour trouver l’inspiration. Cet architecte moderniste formulait ce conseil sous forme de dialogue hypothétique : « Demandez à une brique : que veux-tu, brique? Et elle vous répondra : j’aime les arches. Dites-lui : Écoute, je les aime aussi, mais elles coûtent très cher et je pourrais utiliser un linteau en béton. Et là, demandez-lui ce qu’elle en pense. La brique répondra : j’aime les arches. »

Aujourd’hui, cette citation est un raccourci pour signifier qu’il faut faire preuve d’honnêteté dans le choix de matériaux. Louis Kahn voulait dire qu’un bâtiment doit respecter les caractéristiques intrinsèques des matériaux qui le composent. Cependant, durant sa carrière, Kari Pei a remarqué que certains spécificateurs interprètent ce principe différemment : leur honnêteté consiste à éviter les matériaux qui en imitent d’autres.

Lorsqu’Interface a lancé ses LVT au début de 2017, Kari Pei a compris qu’elle devait suivre deux stratégies. Premièrement, il lui fallait amasser un stock d’éléments de base pour sa « garde-robe » : des tuiles en imitation de bois et de béton, qui, pour la plupart des designers, seraient des substituts plus abordables et plus durables pour les planches de bois ou le béton poli. Deuxièmement, elle s’est fixé comme objectif de créer des motifs de LVT qui sauraient satisfaire ceux qui recherchent l’honnêteté. « Il faut avoir des tuiles caméléons » explique la designer qui vient juste de créer la collection de LVT Drawn LinesMC

Elle a alors commencé à forger une vision des LVT qui diffère de celle des deux collections mondiales précédentes d’Interface. « Avec Boundary MetallicsMC, nous voulions créer quelque chose d’organique qui n’avait pas l’apparence du bois, du béton ou de la pierre ». Le résultat évoque le magnifique désordre qui règne sur le plancher d’un studio d’artiste. Et pour Studio SetMC, Kari Pei a atténué les contrastes de couleurs des cylindres d’impression à motif de bois pour que les carreaux de vinyle aient plutôt l’apparence d’un amalgame de couleurs avec un subtil motif organique sous-jacent. Au sujet de son expérience de création de produit, Kari Pei dit que « lorsqu’on crée un produit, on espère que les gens développeront un lien émotif avec ce produit. Qu’il s’agisse d’une brosse à dents, d’une chaise ou d’un revêtement de plancher, on veut leur faire ressentir une émotion. »

Elle a conçu Drawn Lines en réponse à un autre type de textures trompe-l’œil : les textures tissées. Elle a joué avec les cylindres d’impression pour que les lignes de cette nouvelle collection, qui suivent une géométrie plus définie que celle des fils de chaîne et de trame du tissu, « s’estompent différemment sur chaque cylindre, ce qui crée une impression de mouvement, de douceur et de profondeur sur la surface. » Elle ajoute que « par cette gradation, Drawn Lines fait bien plus que de simplement imiter le tissage, parce que Drawn Lines se comporte comme le ciment sans jouer à l’imposteur. »

L’esthétique de Drawn Lines a aussi un avantage fonctionnel : le motif peut cacher les petites égratignures. Sa designer est enthousiaste à l’idée de voir comment la collection pourrait être utilisée dans les zones achalandées comme les corridors d’écoles, où, selon une étude publiée dans la revue Building and Environment, une salle de classe bien conçue peut avoir améliorer de 25 % le potentiel scolaire des élèves. Elle est heureuse de la place des LVT dans la grande famille de produits d’Interface, parce que ces nouveaux carreaux ont le même type d’endos que les autres et ne nécessitent pas de bande de transition. « Nous avons conçu les LVT pour qu’ils s’intègrent dans un système plus vaste, ce qui facilite à la fois la création et l’installation. »

Tous les articles