Le baz-art

Les designers vivent dans une ère que le centre de recherche londonien The Future Laboratory qualifie de « loin-près », où ceux qui veulent faire bouger les choses donnent l’exemple non seulement par les idées, mais aussi par les gestes. Ils ne se contentent pas de laisser une trace de leur vivant : ils se soucient également de la pérennité de leur travail pour les siècles à venir.

Mais qu’est-ce que cela signifie pour nous, concrètement? Prenons l’exemple du designer d’objets Trent Jansen.

L’influence en action

M. Jansen, un designer et anthropologue du design australien, a récemment retenu l’attention internationale grâce à son récent projet collaboratif interdisciplinaire et interculturel, Porosity Kabari (qui signifie « déchets poreux »). Le projet, qui a été mené sur trois semaines au marché aux puces Chor Bazaar de Mumbai, en Inde, a poussé M. Jansen à s’éloigner de la familiarité de son quotidien en Australie ainsi que de ses connaissances et expériences pour se plonger dans un monde plutôt chaotique : celui de la réutilisation de déchets.

N’utilisant que des matériaux trouvés au marché et s’inspirant des processus de fabrication de ses marchands, M. Jansen a décidé d’aborder le design sous un tout autre angle, en se basant sur l’expérimentation et ses échanges avec les commerçants et les artisans du marché.

En effet, le rythme effréné du marché, l’esprit de survie fulgurant qui anime les marchands de tout leur être et la philosophie culturelle du Jugaad (faire du mieux qu’on peut avec ce qu’on a) lui ont fait remettre en question tout ce qu’il connaissait des principes et pratiques du design.

« Alors que le reste du monde est aux prises avec les conséquences environnementales de l’obsolescence programmée et de la consommation immédiate, en Inde, l’ingéniosité en matière de réutilisation fait partie du quotidien », explique-t-il.

M. Jansen et ses collaborateurs se rendaient au bazar tous les jours, y observaient l’activité et réagissaient en développant de nouvelles idées, formes et techniques en fonction des matériaux trouvés spontanément ou par accident.

« Comment un objet peut-il devenir autre chose? », demande M. Jansen. « Voilà le fondement du design durable dans une société imprévisible comme celle de l’Inde, une société dépourvue des protections sociales dont disposent les pays développés et où la survie de chacun dépend de sa créativité et de son ingéniosité. »

If every action you take today will be felt for years, decades or even centuries to come, then what is the legacy you wish to leave?

« C’est dans ce type de bazar que l’on donne une deuxième vie à bon nombre d’objets : des panneaux de carrosserie automobile deviennent des cuisinières de fortune ou de vieux vêtements cousus ensemble se transforment en tapis pour les charmeurs de serpents. »

Les créations du projet Porosity Kabari sont aussi riches que variées. La dernière œuvre de Trent Jansen, Dropping a Kumhar Wala Mudka (un clin d’œil à Dropping a Han Dynasty Urn, d’Ai Weiwei), rend hommage au travail des Kumhar Wala, des potiers parmi les plus talentueux au monde, mais qui appartiennent à l’une des plus basses castes en Inde. L’œuvre de l’artiste Ishan Khosla, Work in Progress for Better Tomorrow, est un banc rappelant un échafaudage qui, par sa forme et sa structure, jette un regard sur ce pays où le travail ne semble jamais vraiment achevé. La création de l’artiste et architecte Richard Goodwin, 1:Ö2 CHARPAI FOR MUMBAI, combine quant à elle le scooter classique et le charpai indien.

L’observation de matériaux exotiques et leur assemblage improvisé, dans un court laps de temps, pour en arriver à un résultat spontané : voilà l’esprit du Jugaad. « De la transformation totale à l’état pur », selon M. Jansen.

Cette expérience de design socioculturelle a non seulement profondément marqué M. Jansen et ses collaborateurs, mais elle a aussi amené des designers de partout dans le monde à repenser leur approche du design pour le rendre plus ingénieux et durable. C’est l’héritage de Porosity Kabari.

Pour en savoir plus, visitez trentjansen.com/projects.