Au-delà de Paris

En décembre dernier, les participants à la Conférence de Paris sur le climat ont franchi un pas important afin de limiter les émissions de carbone. En effet, après une série de longues et intenses discussions, les dirigeants de 196 pays se sont entendus pour déclarer que le réchauffement climatique constitue une menace pour l’humanité et qu’il faut limiter les émissions de sorte que la hausse de la température mondiale ne dépasse pas 1,5 °C.

Beaucoup à faire

Bien que l’accord de Paris représente un moment charnière en matière de lutte aux changements climatiques et un grand pas vers l’avant, il comporte une faille importante : aucun pays n’avait de plan d’action, ni avant ni après la conférence. Les dirigeants ont plutôt proposé des réductions volontaires, ou des contributions prévues déterminées au niveau national. Mais une promesse, ce n’est pas un plan.

Il ne s’agit pas ici de dénigrer l’accord de Paris. Si tous le mettent en œuvre, il permettra de réduire les émissions plus que toute autre entente internationale sur les changements climatiques. Toutefois, une simple réduction, c’est comme ralentir une voiture hors de contrôle : la collision est inévitable, mais elle se fera à moindre vitesse. Le monde doit arrêter cette voiture; les restrictions ne suffisent pas. Nous devons non seulement arrêter les émissions, mais également trouver des moyens d’extraire le carbone de l’atmosphère. Il nous faut un nouvel objectif : réduire le carbone.

Prêcher par l’exemple

Interface comptait sur une importante délégation à Paris : nous expliquions les mesures prises par notre entreprise et soutenions l’adoption d’un accord définitif. Pour nous, l’accord de Paris vient valider notre Mission Zero® et nos efforts de réduction des émissions de carbone dans nos activités. Au cours des 22 dernières années, nous avons accompli de grandes réalisations en ce sens, mais nous voulons en faire encore davantage et continuer à tracer le chemin pour les entreprises et la population en général.

Jusqu’à maintenant, nous avons réussi à :

  • réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 92 % depuis 1996;
  • utiliser des énergies renouvelables dans une proportion de 84 % à l’échelle mondiale;
  • réduire le bilan carbone de nos produits de 50 % depuis 1997, avec l’intention de le réduire de 85 % d’ici 2020.

Les entreprises doivent être des figures de proue, et nos efforts prouvent qu’il est possible d’avoir du succès tout en réduisant considérablement ses émissions de carbone.

La suite : passer du négatif au positif

Nous sommes fiers de ce que nous avons accompli, mais il est maintenant temps de franchir la prochaine étape de notre mission de durabilité : dès cette année, nous passerons de « ne faire aucun mal » à « faire plus de bien ».

À mesure qu’approche 2020 et la fin de la Mission Zero, nous sommes toujours déterminés à éliminer notre empreinte écologique, mais nous nous projetons plus loin et voulons être plus ambitieux encore. Nous avons réalisé que d’éliminer notre empreinte écologique – ne faire aucun mal – ne suffit plus. Nous devons non seulement réduire nos émissions de carbone, mais faire en sorte que par nos activités et nos produits, nous retirions le carbone de l’atmosphère. Fini le carbone.

Passer à l’action

Pour que notre planète puisse continuer à abriter la vie que nous connaissons et dont nous dépendons, nous devons aller au-delà des exigences de la COP21 et commencer à extraire le carbone de notre environnement. Interface doit saisir la chance d’avoir une grande influence sur l’approche envers le carbone et les mesures à prendre. Compte tenu de notre leadership reconnu et de nos succès passés, ce changement de paradigme nous oblige à faire une promotion plus insistante et élargie de nos objectifs pour 2020 et à être plus ambitieux.

Les défis sont nombreux pour notre planète : les océans se meurent et leur niveau augmente, les sécheresses et les inondations abondent, le nombre de réfugiés climatiques monte en flèche… Les occurrences de ces événements, et de bien d’autres, ne feront qu’augmenter si nous ne nous engageons pas à renverser les changements climatiques. Pour sa part, Interface s’engage à poser des gestes, tant dans ses usines que pour ses processus et la fabrication de ses produits, visant à inverser la spirale descendante menant à l’augmentation des concentrations de gaz à effet de serre. C’est un engagement inédit dans le monde des affaires.

Tout comme avec Mission Zero, nous nous fixons des objectifs d’envergure, car c’est la bonne chose à faire. Après tout, s’il y a un moment dans l’histoire où nous sommes appelés à en faire encore plus, c’est maintenant. Nous ne pourrons relever ce défi seuls.

Nous aurons besoin de l’innovation et de la collaboration de nombre d’entre vous, mais nous avons bon espoir qu’ensemble, nous pourrons entraîner des changements majeurs.