Un virage décisif dans notre façon de penser

En 1994, le changement de cap d’Interface l’a fait passer du traditionnel modèle commercial « extraction-fabrication-élimination » à un modèle renouvelable, cyclique et salutaire.

Dès ses débuts, il était clair qu’Interface était une entreprise axée sur le changement, Ray Anderson ayant misé toute sa carrière sur le concept inédit de carreaux de tapis modulaires. Deux décennies plus tard, en 1994, Ray a eu sa légendaire « révélation percutante ». Il a ébranlé les fondements de l’industrie de la fabrication de tapis, alors grande utilisatrice de pétrole, en déclarant qu’Interface s’engageait à devenir la première entreprise écologiquement durable et, ultimement, régénératrice de l’environnement à l’échelle mondiale.

Une nouvelle priorité s’imposa à l’entreprise : celle de repenser complètement ses procédés et ses produits, et de mettre au point de nouvelles technologies et de nouveaux systèmes qui réduisent ou éliminent les déchets et les émissions nuisibles, tout en augmentant l’utilisation de matières et de sources d’énergie renouvelables. Interface a fait une promesse appelée Mission ZeroMD, soit celle d’éliminer tout impact négatif qu’elle a sur l’environnement d’ici 2020. Soutenus par notre esprit d’entrepreneuriat, nous sommes en bonne voie de réussir.

Si nous réussissons, nous passerons le reste de nos jours à récupérer les tapis usagés et autres produits d’origine pétrochimique pour les recycler en de nouveaux matériaux, et à convertir la lumière en énergie, tout cela sans générer aucun déchet destiné aux sites d’enfouissement ni aucune émission dans l’écosystème. Et l’entreprise se portera très bien... tout en faisant le bien. C’est notre vision.

                        – Ray Anderson, 1997

Sujets